Publication Éssai critique et biographique de Céline Gahungu, collection « Planète Libre Essais », CNRS éditions, 288 p., janvier 2019
------------- VIENT DE PARAITRE ! -------------
Sony Labou Tansi. Naissance d’un écrivain
Qui est Sony Labou Tansi ? Celui que l’on considère aujourd’hui comme l’un des plus grands auteurs africains d’expression française n’est pas né en un jour. Il lui a fallu s’imaginer, se fabriquer, se faire connaître et reconnaître par un Congo en proie aux convulsions de l’Histoire. Tout s’est décidé pour lui à la fin des années 1960, quand son goût de l’expérience créatrice s’est changé en un besoin, toujours plus impérieux, de construire son propre univers, dense et homogène. L’anonyme Marcel Ntsoni invente la figure flamboyante de Sony Labou Tansi, écrivain explosif qui, en marge de l’ordre littéraire, ne craint rien ni personne, dans son projet hyperbolique de fonder une nouvelle littérature. Entre les coups d’État et les fièvres révolutionnaires, le Congo a beau traverser des tempêtes, l’apprenti grand écrivain ne désarme pas. La société devient paroxystique ? À l’écriture d’aller plus loin encore en lui administrant son paroxysme à elle, jusqu’à faire voler en éclats ses normes et ses institutions.
Scénarios existentiels et fictions compensatoires aident le jeune Sony à modeler son œuvre et son identité, mais l’exposent aussi à de multiples contradictions : affirmer publiquement son statut d’écrivain et assouvir sa haine du régime au pouvoir ; s’attaquer à une France taxée de néocolonialisme et tenter d’y diffuser ses écrits ; démolir les figures d’autorité et partir en quête de conseillers, d’intercesseurs et de pères littéraires.
Pour l’essentiel inédits, les premiers écrits donnent l’image d’une création débondée, véritable geyser de lave, de boue et de sang. Dans l’espace privé des manuscrits, tout peut se dire, des folies les plus intimes aux visions les plus impitoyables. Vivre l’écriture comme le seul absolu, au-delà des tabous, telle est l’expérience hors norme sur laquelle Sony Labou Tansi cherche à édifier la destinée qu’il s’est choisi : devenir écrivain, au sens radical du terme, c’est-à-dire démiurge.
Radio Débat du jour (RFI), émission du 3 janvier 2019, produite et animée par Guillaume Naudin. Invités : Pierre-Marc de Biasi et Roberto Casati.
Les téléphones intelligents rendent-ils stupide ?
10, 20, 30, 40, 50 fois par jour, parfois beaucoup plus, le soir avant de s'endormir, pendant une insomnie, le matin au réveil ou, impolitesse suprême, pendant le repas, dans la rue : pour beaucoup d'entre nous, de plus en plus nombreux, c'est devenu un réflexe multiquotidien de consulter son téléphone doté des dernières applications qui vous sollicitent par des notifications et autres alertes. En dix ans, le smartphone, ou téléphone intelligent comme disent les Québécois, a profondément changé notre rapport à l'information, aux autres et au monde. Mais les conséquences sur notre intellect, notre concentration, posent question. Les téléphones intelligents rendent-ils stupide ? C'est la question du jour.
(ré)écouter l'émission sur le site de RFI