Publication sous la direction Pierre-Marc de Biasi, Anne Herschberg Pierrot, et Vinken Barbara, Paris, collection Références, EAC Editions des Archives Contemporaines, 2017.
Flaubert : genèse et poétique du mythe
Écrivain chercheur dont l’œuvre a profondément redéfini les liens entre savoir et création, Flaubert s’est intéressé très tôt aux mythologies antiques, à l’histoire des religions, aux hérésies et et aux formes les plus étranges de la croyance, mais aussi à la place du religieux et de la faculté de croire dans la pensée et l’esthétique de son temps.
Dans le prolongement de Flaubert et le pouvoir des mythes, qui a mis au jour l’importance, jusque-là mal connue, des relations de l’écriture flaubertienne à l’intertextualité mythographique, à la question du symbole et aux processus de désymbolisation, le présent volume approfondit la théorie et la poétique du mythe dans l’œuvre de Flaubert et ses dossiers manuscrits.
Qu’en est-il des théories du mythe au XIXe siècle? Comment Flaubert joue-t-il de l’érudition religieuse dans l’invention des personnages et des images de sa fiction ? Comment son écriture met-elle la religion à l’épreuve de la langue, de l’humour, du réel ? Comment fait-elle des mythes, anciens et modernes, la matière d’une constante réélaboration ? Quelles relations, intertextuelles ou intermédiales, Flaubert met-il en œuvre pour renouveler l'écriture de la croyance ?
Expert en mythographie, le texte flaubertien ne se nourrit jamais des mythes comme de simples sources, mais s’emploie, par le montage et la réécriture du vu et du lu, à sonder l’énigme du mythologique pour en faire l’espace même de l’œuvre contemporaine.
Publication Albert MEMMI, collection Biblis, publié sous la direction de Pierre-Marc De Biasi, CNRS éditions, 2017, 232 p.
Tunisie, An I
Tunisie 1955-1956 : de retour au pays après de longues études à Alger puis à Paris, Albert Memmi assiste à la révolution nationale qui aboutit à l’Indépendance. Il en décrit au jour le jour le déroulement dans un récit minutieux, journal d’une libération collective et d’une émancipation personnelle. Témoin des doutes d’un jeune intellectuel aux identités multiples, ce journal intime montre aussi la naissance d’une ambition littéraire qui veut se faire connaître bien au-delà de son pays natal. Le jeune écrivain qui espérait partager les destinées de la nouvelle nation doit se résoudre à l’exil, mais au fil de l’Histoire qui avance, son journal, fourmillant de témoignages inédits, nous offre - de Bourguiba à Mendès France - les portraits, pris sur le vif, de ceux qui ont fait l’actualité, mais aussi de belles figures de second plan qui font revivre cette société tunisienne à la recherche d’elle-même.
Edité et annoté par Guy Dugas

Couverture : 20 mars 1956, discours de Bourguiba après la reconaissance de l'indépendance tunisienne par la France. © Sami Solh Album / AFP